> Velléda

3 octobre 2005

Après trois ans

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin…
Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
- Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

Verlaine. 1865.

Vellda

Statue de Velléda par Laurent Marqueste devant le musée des Augustins – Toulouse.

Laurent Marqueste, sculpteur toulousain et élève de Falguière, eut une carrière exemplaire pour laquelle il reçut en son temps tous les honneurs. Il est toujours resté très attaché à la tradition classique dont Velleda, exposée au Salon de 1877, est un des principaux témoins. L’iconographie de cette oeuvre ne vient pas directement du personnage historique de la célèbre prophétesse germanique qui souleva une partie de la Gaule et mourut à Rome trahie par les siens, mais de la transposition qu’en a faite Chateaubriand dans un épisode des Martyrs. Velleda apparait sous les traits d’une jeune femme farouche, à l’air à la fois hautain et méditatif, et à la bouche boudeuse. Son modelé lisse et ses formes harmonieuses incarnent la beauté féminine idéalisée. Par son iconographie et par son style, cette sculpture s’inscrit dans l’ensemble de la production artistique de la fin du siècle qui fut à la fois gagnée par l’engouement pour les thèmes celtiques et pour le type de la statuaire antique.

Une Réponse to “> Velléda”

  1. golay Says:

    autre représentation de la déesse celte Velléda:au jardin du Luembourg, sculpture de 1870 qui avait fait scandale à l’époque car en dehors du canon classique, à la fois sensuelle mais surtout présente, éveillée, pas le bel objet, plutôt un corps pensant!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 280 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :