> Les Turres

7 septembre 2005

Les Turres est le nom donné à un sympathique restaurant de la rue Desbals à Toulouse où je me fais fort de manger avec mes collègues le midi quand je travaille. L’accueil y est familial. Depuis la rentrée, un des serveurs est invalide du fait d’une rupture du tendon d’Achille et quelques modifications se sont imposées dans le service. J’y rencontre quelques pontes socialistes qui ont coutume d’y goûter une gastronomie de fort bon aloi.

Ce midi, comme les précédents, les ardoises extérieures mettent mes papilles sous tension.

Entrée : je choisis l’assiette de charcuterie. Une composition de jambon blanc et de jambon de montagne. Du salami, de la mortadelle à la pistache, de la rosette ainsi qu’une spécialité du restaurant qui ressemble à un boudin aux oignons servi froid. Un beurre de Bretagne doux –Toulouse oblige– vient compléter l’entrée.

Plat du jour : poulet à l’orientale. Les carottes et les courgettes sont cuites à la façon d’un couscous. Et le plat est travaillé avec des tomates et revenu à l’huile et au safran. Délicieux. C’est une des valeurs sûres des Turres. Je commande le plat avec des frites au lieu des coquillettes au fromage qui sont proposées. Le plat du jour comme l’entrée ne seraient pas ce qu’ils sont à mon goût s’il n’y avait les libations de vin rouge encouragées par la maison. En effet, par beau temps, une réserve est offerte à chaque table en glaçons de bonne taille afin de boire ce qu’il juge agréable. Sous le soleil, cette précaution est indispensable et en avant et après saison cet accommodement rend l’alcool meilleur. Il nous encourage à poursuivre sur une lancée en commandant du fromage ce qu’un de mes camarades ne manque jamais de faire.

Dessert : une classique île flottante.

Entrée, plat, dessert, café et vin à volonté, le tout pour 11,80 €.

5 Réponses to “> Les Turres”

  1. ROUALLAND Says:

    Waoohhhh…. Je reste sans voix (comme le oui au référendum !). Je ne te savais pas si intime avec Tanguy Prigent.
    Extension du domaine de la litte : quand (re)deviens tu de gôche. Si tu viens à Paris ce WE, je t’emmène à la fête de L’Huma… On y croisera peut-être Olivier B. (« Lénine enfant », selon l’Obs) et qui sait, Fafa, le seul leader de gauche aujourd’hui. BIIZZZ. Smacks. Bizôô.
    Camarade BR, Citoyen Républicain. A Gauche !!!

    J'aime

  2. ROUALLAND Says:

    PS : pardon : extension du domaine de la lUtte (pas litte !), et un ? après la question sur ton retour -attendu- à gauche.

    On t’attend. Dès qu’on a fait un nouvel Epinay avec Laurent, Arnaud, Vincent, Henri, Jean-Luc et les autres.

    Tonton avec nous ! BR, fidèle dissident.

    J'aime

  3. Hugues Says:

    c’est pas être de gôche que de défendre la gastronomie populaire peut-être ?

    J'aime

  4. julien Says:

    bonjour monsieur , je tenais à vous remercier pour cette page sur les turres , c’est tres reussit ! julien (cuisinier au « turres »)

    J'aime

  5. siellez jean-michel Says:

    merci pour le commentaire du flan des turres je suis le serveur au tendon d’achille coupé et aussi le cuisinier qui préparait le flan. trés simple à faire mais trés apprécié. merci encore.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :