> L’Algérie d’Ahmed

4 mars 2006

Ahmed_plane_1 Sur Croatian airlines : Ahmed, Benoît, Jean, Emilie, Grégory, Philippe et Fred.

En février 1999, Sarajevo nous accueillait et cela faisait déjà quelques temps que je connaissais mon camarade algérien. Il y avait eu la fondation de l’association France Algérie Loire-Atlantique. Bien avant qu’il n’habite à Saint Joseph de Porterie, j’étais allé le voir à Malakoff pour lui parler de l’histoire de l’Algérie. C’était pour préparer l’accueil d’une délégation de jeunes du FFS. Il était toujours disponible pour parler de son pays y compris pour le FFS. Lui, il était plutôt FLN, tendance communiste avec le PAGS -parti de l’avant-garde socialiste. Mais nous nous étions déjà croisés sur le terrain du 2e canton de Nantes avec Marie-Françoise Clergeau dont il était le directeur de campagne. Pour tout cela, Ahmed reste à mes yeux un camarade atypique qui se hasarda au Parti socialiste. Et dans ce parti politique, il désira faire passer le message de l’amitié franco-algérienne. En dépit du rude passé et grâce à cette histoire commune, il tentait de faire aimer son Algérie. Vivant parfois difficilement les initiatives franco marocaines ou franco tunisiennes, il voyait bien qu’avec l’Algérie c’était moins facile et il pris pour méthode de saisir tous azimuts les opportunités qui s’offraient à lui. Quand bien même celles-ci lui échappaient ! Il fit venir Einaudi, voulut faire partager la richesse des traditions culturelles algériennes, me fit découvrir la musique arabo-andalouse… Il aurait voulu être soutenu davantage. Il aurait du l’être. Il l’était un peu. Mais ne manquait jamais de distiller des informations à la presse. Par beau temps, il lui arrivait de faire la une de Presse Océan. Ça ruait dans les brancards ! Lui, il rempilait. Son soutien à Bouteflika, il ne le mégota jamais. A Paris, à Nantes, à Alger… Ahmed applaudit au discours de la concorde civile. Il lui arriva de venir devant le consulat d’Algérie de Nantes discuter avec le FFS pour exprimer son désaccord avec la manifestation. Soutien du président algérien comme opposant à la bande avec laquelle il a tant ferraillé, il demeurait entier dans ses engagements.

Si je me suis intéressé à l’Algérie ce n’est pas par parcours personnel. C’est d’abord l’histoire de rencontres. Avec Ahmed bien entendu. Mais aussi avec d’autres militants. Ceux du FFS que j ‘ai accueillis à plusieurs reprises à Nantes avec le MJS. Ceux qui sont devenus Nantais comme moi et avec qui nous avons suivi et décliné la campagne d’Hocine Aït Ahmed en mars 1999. Une campagne qui fut animé par les nombreuses candidatures mais également par la verve de Djamel Zaneti, brillant porte-parole d’Hocine Aït Ahmed et la maîtrise d’Ahmed Djeddaï, secrétaire général du FFS. Cette élection se termina si mal alors qu’elle portait l’espérance de la démocratisation. Mais la redoutable histoire politique de l’Algérie possède de nombreuses ressources. A l’image de ce magnifique pays, il reste encore un espoir de renouveau dans sa jeunesse et dans le fait que l’islamisme n’ait pas encore mis tout le monde au pas.

Avec Ahmed, nous ne partagions pas la même analyse de ce qui se passait en Algérie. Lui convenait que l’urgence était à la réconciliation nationale. Moi j’estimais que la démocratie était le préalable et la solution pour passer à l’étape du pardon. Car point de miséricorde sans justice et point de justice sans son indépendance garantie par la démocratie. Dans la précipitation et un nouveau trucage des urnes par le pouvoir, je ne pouvais pas être d’accord. Mais nous nous retrouvions pour voir dans les autorités au pouvoir une vaste clique admirative et héritière de la soldatesque colonialiste, de Bugeaud et de Saint Arnaud… L’histoire algérienne n’est pas la moins déconcertante. J’y ai pris goût avec la lecture de l’autobiographie d’Hocine Aït Ahmed "Guerre et après-guerre" paru en 1963. Une œuvre dont j’ai découvert une première fois l’existence à la médiathèque de Nantes et une seconde fois à Toulouse où l’oeuvre m’a été prêtée par Kader Arif qui possède une superbe dédicace de l’auteur.

Ahmed militait également pour la reconnaissance de la diversité culturelle. Et là non plus il n’obtint pas satisfaction. Et voilà comment après un simple coup de fil d’Ahmed vendredi après-midi je peux rapporter ces quelques bribes de souvenir. A bientôt Ahmed. Je vais saisir l’occasion d’une réunion d’Interfaces compétences pour être à Nantes le 1er avril prochain. Je passerai te voir, c’est promis.

14 Réponses to “> L’Algérie d’Ahmed”

  1. Hugues Says:

    Pour tous ceux qui venlent en savoir plus sur Ahmed…

    GUERRE D’ALGÉRIE

    Le général Schmitt est à nouveau accusé de torture en Algérie

    « Ne mets pas dans le même sac le peuple français »

    Article paru dans l’édition du Monde du 19.03.05

    DANS LA NUIT du 8 août 1957, Mohamed Bachali, 45 ans, adjudant-chef dans l’armée française, affecté à l’hôpital Maillot d’Alger, est arrêté à son domicile. On le soupçonne d’être en contact avec le FLN et d’avoir aidé une figure indépendantiste, Djamila Bouhired, à s’évader de l’hôpital. « Mon mari a fait Monte Cassino. Il a été décoré plusieurs fois pendant la guerre de 1940. Nous sommes tous deux pupilles de la nation ! », fait valoir l’épouse aux militaires du 3e régiment de parachutistes coloniaux (RPC). « C’est un traître à présent », lui répondent-ils. « Le traître, ce n’est pas moi. Je défends la République. C’est vous qui n’êtes pas à la hauteur de l’honneur de l’armée et de la France », réplique Mohamed Bachali.
    Cette scène, Ahmed Bachali ne l’a jamais oubliée. Il avait 15 ans et revoit son père se revêtant de l’uniforme de l’armée française avant d’être emmené par les paras. On lui a mis une corde autour du cou, reliée à ses poignets derrière le dos. Au moindre mouvement, il s’étrangle.
    Trois jours plus tard, c’est au tour du fils d’être arrêté, dans les mêmes conditions. La corde autour du cou, Ahmed Bachali est conduit à l’école Sarouy. Il se sent coupable à l’égard de son père, étant déjà impliqué dans un réseau FLN malgré son jeune âge. Est-ce lui ou « le vieux » que les paras veulent faire parler ? En réalité, les soupçons portent sur le père. Pour le faire craquer, ils vont s’en prendre au fils. « On m’a fait monter au premier étage, dans une salle de classe. C’était en fait une salle de torture. Il y avait là un type balèze, une brute, du nom de Babouche. En me voyant, il a dit : «Tiens, voilà le fils de l’adjudant ! Bienvenue !» »
    « UN JOUR, TU COMPRENDRAS »
    Dans un coin de la pièce, l’adolescent découvre son père. « Il était nu, ligoté, avec un bâillon sur la bouche. Quand il a entendu ma voix, il a gémi. » Ce souvenir fait encore pleurer Ahmed Bachali. C’est le deuxième jour que l’adolescent est soumis à la gégène. « J’étais dans un état d’épouvante indescriptible. Schmitt était là, raconte Ahmed Bachali. C’est lui qui dirigeait les opérations. A un certain moment, il s’est accroupi pour me scruter. J’étais allongé par terre. Je n’ai jamais pu oublier ses yeux, derrière ses lunettes. Il avait un regard cruel. A la télévision, des années plus tard, j’ai chaque fois reconnu son regard. »
    L’adolescent aura droit, dit-il, à plusieurs séances de tortures à l’électricité. Il se souvient que les tortionnaires mettaient de la musique pour étouffer ses cris. Ahmed Bachali restera à l’école Sarouy jusqu’à fin août. Son père sera gardé dans une autre salle. Le fils sera ensuite envoyé au centre de détention de Ben Aknoun, à Alger. Après la guerre, quand le père et le fils se retrouveront, à leur sortie de prison, ils n’évoqueront jamais ce qu’ils ont subi. « Pour mon père, c’était trop humiliant : je l’avais vu nu, au plus bas de lui-même », se souvient Ahmed Bachali.
    Le père décédera en 1985, à Alger. Jusqu’à la fin de sa vie, il aura gardé la double nationalité. En 1936, il avait en effet obtenu la nationalité française – ce qui était rare pour les musulmans -, imposant à ses enfants de la conserver après l’indépendance. Quand son fils l’interrogeait avec étonnement et colère sur ce point, le père répondait invariablement : « Tu ne comprends pas, mais la France, c’est le pays de la modernité, de la liberté. Ne mets pas dans le même sac le peuple français et ceux qui ont sali son honneur. Un jour, tu comprendras. »
    Fuyant le terrorisme, Ahmed Bachali a quitté Alger en 1993 pour s’installer à Nantes.

    Florence Beaugé

    J'aime

  2. jordy baltazar Says:

    La double casquettes et le mensonge:
    Nombreux sont les algériens qui ont participé à la 2ème guerre mondiale dont la majorité enrôlés de force. Bachali Mohamed est un engagé, il s’est battu pour devenir français contrairement à ses autres camarades qui avait à l’esprit l’indépendance de l’Algérie. 2 d’entre eux sont devenus présidents de la république algérienne. Il s’agit de Mr Benbella et de Mr Boudiaf, tous les deux ont participé à la bataille de Monte Cassino. A l’image de ces deux hommes, nombreux sont les algériens(indigènes musulmans)qui sitôt démobilisés en 1945 se sont attelés à préparer l’insurection du 1er novembre 1954. Quant à la minorité d’engagés la plus part ont déserté l’armée française pour rejoindre les rangs de l’ALN. L’adjudant chef Bachali mohamed a choisi de servir la France pour se servir(nationalité française). C’est son choix. « Ne mets pas dans le même sac le peuple français ». Entièrement d’accord avec ce raisonnement. Mais on ne peut pas jouer sur les 2 tableaux. L’adjudant Bachali a donc trahi aussi bien ses frères d’armes que les siens. Ahmed bachali torturé du pipeau!
    A Nantes il est socialiste quant cela l’arange, il a bien créé un restaurant qui n’a jamais marché grâce l’apport de certains élus de ce parti(Mme clergeau entre autre). Spécialiste du bagout il a longtemps utilisé le baratin et son imagination débordante pour arriver à ses fins. les élus ainsi que les autorités nantaises ont depuis longtemps découvert la stratégie Bachali, la survie.

    J'aime

  3. jordy baltazar Says:

    Que Mr Bachali nous exibe sa carte d’ancien détenu de la guerre d’Algérie. Il est faut de dire que c’est le terrorisme qui l’a pousser à quitter l’Algérie.
    Quelle hypocrisie?
    Il est algérien quand ça lui convient, il redevient français lorsque c’est le contraire qui se passe. Toujours 2 fers au feu…

    J'aime

  4. hugues Says:

    Je ne pense pas avoir dit que je suivais en tous points mon ami Ahmed Bachali mais il a droit au respect.

    J'aime

  5. djemaa Says:

    Le parcours des Bachali, père (avec le respect aux morts que ma culture m’impose)et fils a un fil d’Ariane qui n’est jamais démenti : l’internationale socialiste depuis 1936 ! !
    ce qui serait utile serait que bachali fils fasse une recherche sur les raisons principales de cette union quelle que soit la période et quel que soit le lieu !
    en 1936, un « indigène » qui obtenait la nationalité française avait du rendre de sacrés services à la SFIO ! si bachtali père « a fait la guerre dans l’armée française 1939/1945 » bien d’autres « indigènes » se sont engagés y compris des militants indépendantistes de longue date (1916 dans les Aurès) afin de chasser le nazisme et le colonialisme après « chaque chose en son temps » !d’ailleurs De Gaulle dans son discours de Brazzaville l’avait demandé contre des droits aux colonisés !
    un autre fil guide bachali fils que n’importe quel militant algérien ou pro-algérien connaît c’est le lien ffs)fis/internationale socialiste il ne faut pas être patron de l’ENA ou de la Bourse de Chicago pour comprendre le pourquoi et le pour qui ! !
    aujourd’hui l’islamiste en costume, son président l’illuminé de la dernière heure et les socialistes en recherche de voix d’immigrés se rencontrent sur le dos de TOUS ET TOUTES les démocrates vivant en Algérie ou en France et cette union sacrée, au propre comme au figuré, n’a qu’un but : EVITER QUE LES MOUVEMENTS PROGRESSISTES ne reviennent sur la scène internationale et empêchent le dollar du capitalisme internationalisé et son blanchisseur : les religions d’abrutir les masses au niveau mondial ! !
    hier, aujourd’hui et demain les bachali seront toujours de ce côté-là
    bachtali insulte le PAGS et tous ceux et celles qui sont dans ce mouvement ou proches , la preuve : combien d’assassinés, de blessés, de violées au ffs, au fln de belkhadem et aux souteneurs du bachagha bouteflika ? ?

    J'aime

  6. jordy baltazar Says:

    A aucun moment Mr Hugues je ne vous ai accusé de complaisance vis à vis d’Ahmed Bachali. C’était juste une mise au point. J’espère ne pas vous avoir offusqué, dans le cas contraire, je vous prie de m’en excuser.

    J'aime

  7. jordy baltazar Says:

    En visitant le site des anciens des écoles Dordor et Dupuch, nous nous faisons vite une opinion sur le parcours scolaire de M.A.Bachali. Ce ne sont pas des écoles indigènes que ce dernier a fréquenté, mais bel et bien des établissements réservés aux français « aux privilégiés ». Nous sommes nombreux à nous demander: pourquoi tant de mensonges. Les Bachali ont choisi leur camp depuis toujours. Il ne sert à rien de se justifier aujourd’hui et d’inventer des tortures subies durant la guerre d’Algérie. A.Bachali est un opportuniste qui mange à tous les rateliers. Pourvu qu’il se place, son association se compose de 2 membres, son épouse et lui. Il a donc besoin de faire du bruit, il a tenté d’intégrer l’association des anciens combattants d’Algérie qui l’a rejeté.

    J'aime

  8. c.b Says:

    je viens a l instant de lire vos commentaires m jordy baltazar,et je suis outree par tant de mensonges et de parti pris sans etre objectif!je suis la fille d ahmed bachali!une seule reponse minable!!baltazar?francais?espagnole?nous avons l audace d ecrire avec nos noms reels alors que vous vous utilisez un pseudo espagnol minable de votre part!

    J'aime

  9. l objectvite Says:

    reponse a mr jordy baltazar ;je connais l histoire de mr bachali et rapidement la votre,en toute objectivite,mr bachali fils n a pas de double casquette et c est une personne integre!le pere s est battu pour la france lors de monte cassino car l algerie etait francaise,donc pour sa patrie et non pas « se battre pour devenir francais »(ce sont vos propos)!effectivemment le pere avait une bonne image de la metropole et de ses habitants en general alors qu il etait deculture! »il sert la france pour se servir(nationalite francaise) »:ce sont toujours vos propos or c est faux il sert la france pour la liberte des hommes car francais de base meme si vous dites indigene!il le dit car il souhaitait qu on ne mette pas tous les francais dans le meme sac car tous ne sont pas comme petain ou schmitt ou n importe quel inhumain!d ailleurs il etait lieutenant administratif officiellement et n a pas trahi ses freres d armes et ni ses freres.vous aurriez du leur demander mais la plupart sont morts et si vous retrouvez les qqes survivants,citez les comme temoins!en ce qui concerne les siens, ce n est juste qu une divergence d opinions car pour lui obtenir une independance, il fallait une elite qui devait etre instruite meme si une deculturisation se faisait!partant du principe de kateb yassine, le francais est un trophee de guerre!(suite apres)

    J'aime

  10. l objectvite (suite) Says:

    (suite)je peux vous garantir que mr bachali fils a ete torture et cela des ressortisants algeriens,algeriens, francais vous le diront!encore une fois vu votre pouvoir vous n aurez aucun mal a les retrouver puisque certains sont vivants et que vous connaissez!(vos frequentations a guillemin et bugeaud)!ensuite mr bachali fils n est pas un socialiste quand ca l arrange,c est un homme de gauche meme au sein du front de liberation nationale sans pour autant etre communiste et n a pas sa langue dans sa poche comme l auraient souhaite guy mollet et lacoste!et comme le sont les responsables politiques du ps qui en ont garde cette mentalite!!vous etes mechant dans vos propos car vous suivez un chemin exterieur au debat car le restaurant se voulait un lieu de rassemblement de toutes personnes ayant fait la guerre d algerie( harki, appeles,pieds noirs,et autres)!de plus c est prive, ca n a pas marche et ca ne regarde personne!en plus de la betise, vous ecrivez mal la langue de moliere donc abstenez et utilisez un « negre »(au sens litteraire et redactionnel)!(suite et derniere partie)

    J'aime

  11. l objectvite (suiteet last act) Says:

    mr bachali fils a bien fui le terrorisme car il etait menace en algerie sinon il y serait reste encore ,demandez et citez vos connaissance!il est de nationalite francaise et algerien de coeur comme aznavour, roger hanin etc….mais vous, vous vous cachez car n avez subi aucune menace inherente a une guerre!En ce qui concerne son parcours scolaire, certes c etait un privilegie car de pere militaire et conscient de son algeriennite des l age de 15 ans grace a la colonialisation de peuplement!d aileeurs cela se faitdans tous les pays y compris en france pour des gens aises(ecole prives ou militaires)!ensuite pour son association, il est etabli qu elle poursuit un but d echange entre les deux peuples a preuve la participation de groupe bretons a sidi bel abbes avec l appui de l ambassade de france a alger et la representation de france-algerie a la foire internationale d alger!je doute ques 2 personnes puissent effectuer tout ce travail!(sans compter d autres domaines d interventions)et au final, ce n est pas l assaociation des anciens combattantsd algerie que mr bachali fils a essaye de rejoindre mais bel et bien les anciens combattants de l oas!qui apres l avoir accueilli,ne connaissant pas son passe,l a exclu car il ne voulait pas d un ancien membre du fln!quant bien meme celui ci parlait le langage pied noir!
    Sur ce,je sais qui vous etes et connais votre origine!je vous suggere d en debattre afin de planifier nos supposes divergences ,suivant vos dispositions!(si vous etes bien celui que je crois c est a dire fils d un espagnol durant la guerre de franco;fuite sans combattre et apres on essaie de critiquer et de fabuler!

    J'aime

  12. l objectivite Says:

    desole pour les problemes de frappe et je vous suggere de rencontrer mr bachali autour d une sangria ou d un the a la menthe car mr bachali etait, est et sera toujours un homme ouvert,je pense,a tout dialogue avec des opinions aussi differentes soient elles

    J'aime

  13. BACHALI Riad Says:

    Mesdames et Messieurs, et plus particulièrement jordy baltazar. Qu’il s’agisse de votre vraie identité ou d’un pseudo, ce qui tiendrait à démontrer votre « courage ».
    Je ne veux pas entrer dans votre débat avec Ahmed, quels que soient vos problèmes je vous laisse les régler entre vous. D’autant que Ahmed est toujours en vie, et qu’il sait et saura se défendre. Le but de mon intervention aujourd’hui, est de recentrer le débat sur Mohammed BACHALI (Le père) car c’est de son histoire qu’il s’agit vraiment. Tout le reste n’est que « gravitation » et anecdote autour de la véritable histoire. Mr baltazar, comment vous permettez-vous de juger une personne que vous n’avez connue ni d’Eve ni d’Adam ? Que savez-vous de mon père, cher Monsieur pour vous permettre des commentaires aussi acerbes ? Que lui reprochez-vous ? d’avoir pu accéder à la citoyenneté française en 1936 alors qu’à l’époque personne ou presque ne songeait à l’indépendance ? A moins que vous ne lui reprochiez d’avoir abandonné et perdu tous ses « acquis » lorsque les paras sont venu le chercher lors de cette fameuse nuit ? Vous connaissez beaucoup de monde qui renonce à une vie confortable, qui lui permet entre autre de scolariser ses enfants dans les meilleures écoles, pour finir au fin fond d’un cachot en subissant les affres de la torture pendant plus de 45 jours consécutifs pour finir condamné à mort en laissant sa famille dans le dénuement le plus total après le passage des paras ? (Il a finalement été gracié pour sa bravoure sur le front Italien. Bravoure que vous ne semblez pas connaitre en ayant fui le franquisme, la queue entre les jambes).
    Tout ce qu’il a obtenu dans la vie, il ne le doit à personne sinon à la sueur de son front , son travail acharné et surtout son intégrité et son honnêteté sans faille. Mon père Mohammed (avec 2m svp !) BACHALI était un homme qui avait la foi. La foi de l’Algérie pour laquelle il s’est battu, lui a consacré sa vie et ses biens. Sachez cher Monsieur que si mon père était tel que vous le décrivez, il aurait pu profiter à milliards de l’Algérie indépendante. Or, de sa sortie des geôles françaises à son décès en Août 1985 il n’a vécu que d’un maigre salaire de comptable tout en évitant tous les honneurs dus à son égards. Il a toujours refusé toute aide de l’état auxquelles il avait pourtant droit en sa qualité d’ancien Moudjahid et qu’il a toujours refusé en répétant sans cesse et particulièrement à Ahmed, qu’il ne s’était pas battu pour cela mais pour que ses enfants et les enfants de l’Algérie naissent et vivent libres dans leur pays. Et pour cela, il a fait don de tout ce qu’il possédait y compris des privilèges dont jouissaient ses propres enfants. Cher Monsieur. Lorsque les paras sont venus chercher le fils pour faire parler le père, il était prêt à le sacrifier lui et tout le reste de la famille pour que vive l’Algérie.
    La prochaine fois avant de parler des gens de qui vous n’arrivez même pas à la semelle tournez votre langue dans votre bouche et montrer au monde ce dont, vous vous êtes capable.
    Riad BACHALI

    J'aime

  14. BACHALI Riad Says:

    Vous aurez rectifié de par vous-même les fautes de frappes et de grammaire. Je ne me suis pas relu.
    Je profite de ce mémo pour corriger une inexactitude sur le texte d’origine:
    Tout d’abord les soupçons ne portaient pas seulement sur une aide éventuelle à Djamila Boujhired. Il y avait bien entendu cet épisode, mais son implication était bien plus grande. Son poste à l’hôpital Maillot lui a permis de jouer un rôle important dans la logistique et le soutient aux troupes FLN durant la fameuse bataille d’Alger. Tout ceci est facilement vérifiable et il suffit de poser la question à Monsieur Yacef Saadi (une grande figure de la guerre d’Algérie pour qui ne le connaîtrait pas)qui était son supérieur hiérarchique.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :