> 20 ans de rocardisme terminés dans l’impasse

18 novembre 2006

Deux témoignages me donnent des raisons de continuer avec Dominique mais également l’obligation de prendre le temps (si court ces dernières semaines) pour réfléchir à la suite :

1. un camarade de la ligue de l’enseignement disait à ses amis :

« Dominique Strauss Kahn a certainement [le] profil, mais il est probablement, à ce jour, le plus mauvais candidat des trois. Sa désignation provoquera dans l’opinion publique des interrogations sur lesquelles nous aurons à nous justifier. Si personne ne met en doute ses compétences, ses convictions d’homme de gauche ne paraissent pas garanties. Son agilité intellectuelle lui donne une allure professorale jugée irritante et lui procure une réputation de dilettante plus prompt à profiter des plaisirs de la vie qu’à traiter des dossiers politiques. Sans compter que dans un pays qui n’a pas totalement rompu avec l’antisémitisme, il lui sera inévitablement reproché, y compris hélas peut-être parmi notre électorat, d’être juif, riche, hautain et par conséquent insensible aux difficultés des populations les plus démunies. »

2. un héros de la jeunesse rocardienne me tançait en ces termes :

« Les autres sont des cons et nous on est les meilleurs = 20 ans de rocardisme terminés dans l’impasse résumés en une formule. »

Le premier a voté DSK, le deuxième SR.

Et moi, je n’ai plus le choix.

Pour info, les résultats de ma fédé : presid_2007.xls

6 Réponses to “> 20 ans de rocardisme terminés dans l’impasse”

  1. yann Says:

    Je suis frappé et déconcerté par le bel unanimisme de la presse devant cette supposée révolution qui ébranlerait le PS et signifierait la fin du Parti d’Epinay.

    Du Monde au Nouvel Obs, ce n’est que louanges pour saluer le « renouveau » (Le Monde) ou la « mutation » (Nouvel Obs) du PS qui serait à l’oeuvre sous l’impulsion de Madame ROYAL.

    C’est tout de même troublant s’agissant d’une candidate qui n’a cessé de revendiquer l’héritage de François MITTERRAND tandis qu’en son temps JOSPIN avait lucidement revendiqué un droit d’inventaire.

    En ce qui me concerne je fais preuve du plus grand scepticisme quant aux capacités et à la volonté réelle de Madame ROYAL de rompre avec le Parti d’Epinay.

    Sa posture critique face aux éléphants, son basisme qui confine parfois à de la flagornerie, lui ont permis de conquérir le PS avec d’autant plus de facilité que le Parti socialiste affrontait une triple crise :

    – une crise de leadership : depuis 10 ans le PS est dirigé par un premier secrétaire débonnaire aux accents rad-soc ; François HOLLANDE cet ancien « transcourant » est resté fidèle à sa ligne de rassemblement des socialistes jusqu’à la confusion ; il n’a jamais clairement défini sa ligne politique et s’est replié depuis 2002 dans une posture d’opposition radicale aux gouvernements de droite ; la victoire de Ségolène ROYAL c’est aussi la sienne : le couple HOLLANDE-ROYAL contrôle désormais complètement la rue de Solférino ;

    – une crise interne née des divisions intestines alimentées par le débat sur le Traité Constitutionnel Européen ; à cet égard la défaite de FABIUS (3ème avec moins de 20%) est une divine surprise mais il serait hardi de considérer que la victoire royaliste clarifie ce débat ; Arnaud MONTEBOURG qui pollue l’espace médiatique de sa suffisance infatuée n’est-il pas le porte-parole de la candidate socialiste ?

    – une crise électorale née du traumatisme de 2002 : l’élimination de Lionel JOSPIN au premier tour de l’élection présidentielle au soir du 21 avril 2002 et la campagne médiatique sans précédent dont a bénéficié Madame ROYAL (dénoncée à juste titre par Michel ROCARD) lui ont facilité cette conquête du PS ; en témoigne le score écrasant dont elle a bénéficié qui transcende les clivages internes au PS (notamment entre le OUI et le NON) et donne à cette élection l’allure d’un plébiscite ; une fois encore le « Tout sauf Sarko » aura beaucoup servi les intérêts de Madame ROYAL.

    Je suis probablement complètement autiste mais mon espoir est mince de voir un jour nouveau se lever sur la vieille maison et je crains qu’après la tontonmania d’hier nous n’ayons à subir la ségomania de demain.

    Malgré le rajeunissement qu’elle pourrait engendrer chez les responsables socialistes (MONTEBOURG, PEYON et VALLS remplaçant MELANCHON, BARTOLONE et EMMANUELLI) la ségomania est moins le symptôme d’un renouveau ou d’une mutation du PS qu’une poussée de fièvre post-mitterrandienne, laquelle se caractérise plus que jamais par la duplicité : la maladie infantile du socialisme français.

    Alors nucnuc la faute des anciens rocardiens et des DSKistes ce serait de vouloir parler à l’intelligence des Français ? En Italie le professeur PRODI a réussi à unifier la gauche derrière lui sans céder à la facilité ni au compassionnel…

    Voilà donc ta conclusion : « Les Français sont des veaux » et pour gagner les élections il faut leur donner de quoi brouter…

    Je crains que la victoire de Madame ROYAL signe définitivement la défaite de la pensée.

    J'aime

  2. hugues Says:

    Tout autant que toi, j’ai le sentiment sur bien des points que tu évoques que le chemin social-démocrate est à côté de ce que nous présente la presse et que l’on accroît les illusions nées d’un discours qui ne fait pas la part de la réalité et de l’incantation. Les jours qui viennent doivent m’aider à ma repositionner. Je pense que Dominique n’a pas fini de montrer la voie du possible. Il est évident qu’il professore Prodi est un exemple, celui de Jacques Delors aussi. Je regrette les derniers congrès et notamment celui du Mans qui entretint la confusion d’où naquit la confusion. Quant à François Hollande, j’ai déjà dit ce que je pensais de la « corrézienne attitude ». Faire du Ps autre chose que le radical-socialisme est tout de même mon combat. Sera-t-il celui de toute une vie ? Il y a un courant social-démocrate en germe désormais, l’assoc. Sauvons l’Europe, la Cfdt, mon boulot, ma vie… Le temps des arbitrages est ouvert.

    J'aime

  3. Julien Says:

    DSK s’est toujours rangé dans la majo, avec Lionel Jospin, avec François Hollande et je ne crois pas du tout qu’il incarne une ligne politique différente de celle de Ségolène Royal. Je ne crois pas du tout à ce courant social-démocrate en germe. C’est le PS qui est social-démocrate.
    Pourquoi ne défends tu pas le ticket SR-DSK ?

    J'aime

  4. hugues Says:

    Les soutiens du premier tour de SR montrent à l’évidence le vaste espace couvert par cette candidature. Comment pourra-t-elle choisir à l’extérieur de son cercle formé par Dray, Montebourg, Menucci, Rebsamen et Hollande ? J’attends mais je suis sans illusion. Je suis à convaincre en quelque sorte.

    J'aime

  5. Arnaud Says:

    Tu as les convictions au coeur et c’est tout à ton honneur. Je ne crois pas que DSK pourra prétendre à devenir Premier Ministre notamment parce que SR n’a pas besoin de crédibilité. Et je crois que DSK par égo n’acceptera jamais. C’est dommage mais c’est humain surtout.

    J'aime

  6. hugues Says:

    Précision : ce matin, Ségolène après avoir abusé du ticket (elle et son entourage) rejette cette idée qui lui a tant servi. L’égo de DSK n’est pas en cause.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :