> Geneviève Letourneux

13 octobre 2008

Samedi 4 octobre, après avoir parcouru l’île de Nantes, ses machines, ses nefs, son éléphant et le nouveau géant des mers, le trimaran Maxi BP, je me suis dirigé vers Rennes. J’avais reçu voici quelques semaines une lettre sympathique de Geneviève qui me conviait à passer la voir lors d’un de mes détours par l’ouest. Nous nous étions donné rendez-vous et c’est avec le plus grand plaisir que j’ai retrouvé sans la moindre difficulté le chemin de la Rue Jouon des Longrais, Vincent, Céleste, Garance, Arsène et Geneviève.

À mon arrivée, elle avait rendez-vous avec les habitants du quartier dont elle est l’élue référente. Les associations des Longs-Champs organisaient une fête d’automne malgré une pluie bretonne de saison. Avec l’arrivée du métro dans le quartier, l’extension du supermarché et de son pôle logistique, Geneviève a fort à faire. D’autant qu’elle a la charge du renouvellement du Conseil de quartier. À Rennes, ce sont les élus qui président cette instance paritaire habitants, associations et institutions. La démarche qui a présidé au fonctionnement de la démocratie locale est l’aboutissement d’une réflexion vieille de 20 ans. Elle établit clairement ce qui est du domaine de la délibération collective et du domaine du choix politique. Cela permet aux élus d’affirmer leur part de responsabilité.

Dans ses habits d’élue, Geneviève m’a impressionné. Elle a un sens du contact très aigu. Je me suis surpris à la voir serrer les mains comme une politique chevronnée. Elle n’a désormais plus rien a envier à la gymnastique du toca manette de Charles Gautier, sénateur-maire de Saint-Herblain (44), qui dans une manifestation publique préfère se risquer à serrer plusieurs fois la main des mêmes personnes plutôt que d’en oublier une seule.

Plus sérieusement, elle évoque son mandat avec un très haut degré d’exigence. Comme dans tout ce qu’elle entreprend, elle souhaite aboutir dans sa délégation à l’éducation artistique et à la médiation culturelle. Ce domaine est souvent celui où les différences se font cruellement sentir. L’accès à l’Opéra, au théâtre, à la musique classique ou aux musées n’est pas une chose aisée pour tout le monde. Lorsque l’on souhaite s’attaquer aux inégalités à la racine, il faut constater que le capital culturel que l’on reçoit de son environnement social est primordial. Obtenir des résultats quant à la démocratisation des pratiques culturelles suppose un investissement dans l’éducatif.

J’ai milité avec Geneviève pendant mes années de formation au Mjs, à l’Unef-id et à Forum (jeunes rocardiens). Je crois que nous faisons de la politique pour porter une parole. Être élu signifie aller plus loin pour transformer cette parole en action. Je n’ai jamais fait de la politique tout seul dans mon coin. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas ma part de personnalité et que je n’imprime pas ma marque dans ma démarche politique. Mais je pense que nous évoluons collectivement. C’est pourquoi, très heureux de l’élection de Geneviève, je suis curieux de voir comment, dans ses nouvelles fonctions, elle fera pour changer le cours des choses, pour soulever les difficultés et pour mobiliser autour d’elle. Son expérience rennaise me sera toujours très chère.

————————————————————

Artilce d’Ouest-France – 28.03.08.

C’est certainement la moins connue des nouveaux élus. Pour cause, Geneviève Letourneux est Rennaise depuis deux ans et demi seulement. Originaire de Nantes, militante socialiste depuis 20 ans, elle est professeure agrégée de sciences économiques. Elle a vécu à Paris et Orléans avant de revenir dans l’Ouest et retrouver « le sens de la citoyenneté des personnes qui habitent cette région. »

À 38 ans, cette maman de trois enfants a été baignée dans la politique avec une maman ancienne conseillère municipale d’opposition de gauche à Sainte-Luce (44). « Je me suis engagée dans différents mouvements de défense des droits de l’homme, notamment de lutte contre le racisme, explique-t-elle. J’ai fait aussi partie des clubs forums des jeunes rocardiens ou encore été membre de l’Unef-id. Je suis passionnée de politique. »

En arrivant à Rennes, Genevièvre Letourneux, en militante de base, se met à la disposition du Ps local. Marquée par le discours d’adieu d’Edmond Hervé, prononcé devant les militants en janvier 2007, elle participe au travail de bilan de l’équipe sortante avant d’aider à l’élaboration du projet. « J’ai découvert le style rennais, cette façon de penser l’avant et l’après. Il y a une vraie capacité d’ouverture et d’accueil, ce qui m’a permis de prendre ma place dans l’équipe de Daniel Delaveau. »

À tel point qu’une fois élue, Geneviève Letourneux se voit confier le quartier Jeanne d’Arc, Longs-Champs, Atalante, en remplacement de Clotilde Tascon-Mennetrier. « C’est un gage de confiance. C’est la patte rennaise de faire monter des gens, sans préjugés par rapport au fait qu’ils sont nouveaux dans la ville. J’arrive à une certaine maturité et je fais le pari de l’action et de la responsabilité. Je sais qu’il y a une équipe solide pour m’aider dans ma tâche. J’hérite d’un quartier avec de grands enjeux. Je compte faire vivre la démocratie et avancer avec les habitants. Chacun doit trouver sa place dans la ville. Je crois en l’harmonie du vivre ensemble. »

Une Réponse to “> Geneviève Letourneux”

  1. kerzantrec Says:

    She ‘s the best !!!

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :