> Mon socialiste : Alain Chénard

15 octobre 2008

Pour reprendre la chaîne trouvée sur le site de Karim, je me suis concentré sur un personnage qui m’a longuement impressionné. J’ai choisi d’éliminer les historiques, car il y a Reso, les meilleurs profils sont pris par mes prédécesseurs dans la chaîne et je ne ferais pas beaucoup mieux que les liens que j’ai mis depuis quelques temps sur mon blog à la rubrique social-démocrate. Je me suis refusé à tout prosélytisme en écartant les profils « deuxième gauche. » Il faut jouer collectif et le congrès est là pour venir nous le rappeler. Un peu d’humilité ne fait jamais de mal. Une fois que je me suis fixé ce cadre, je n’avais pas beaucoup de choix. Pierre Mauroy ayant été évoqué par Laurianne, je ne pouvais reprendre ce portrait même si j’aurais volontiers mis davantage l’accent sur son engagement européen et son pragmatisme gouvernemental. Mon choix s’est donc porté sur Alain Chénard, maire de Nantes de 1977 à 1983 et député de Loire-Atlantique de 1978 à 1988.

Alain Chénard a animé les jeunesses socialistes, connu les errements de la Sfio et marqué les premiers pas du nouveau parti socialiste. Sa victoire de 1977 à la mairie de Nantes est celle de toute la gauche. Alors que les socialistes soutenaient depuis longtemps une alliance assez large qui excluait les communistes et les gaullistes, Alain Chénard fut le seul conseiller municipal à appliquer les décisions du Congrès d’Épinay c’est-à-dire à démissionner du groupe de la majorité et à animer l’union du Ps et du Pcf. Cette alliance n’allait pas de soi et il fallait rompre avec de vieilles habitudes. Au-delà de l’union de la gauche, Alain Chénard allait fédérer les bretonnants, les radicaux, les jobertistes (partisans de Michel Jobert), les écologistes… Cette stratégie courageuse obtint un succès électoral au grand dam des prévisions qui donnaient une large avance à la municipalité sortante dirigée par André Morice. Ce dernier, plusieurs fois ministres de la IVe République, était un des défenseurs de l’Algérie française ce qui l’avait maintes fois rapproché de la Sfio de Guy Mollet. L’arrivée d’Alain Chénard à la mairie signait du même coup un changement municipal et une clarification au sein de la gauche.

Cette municipalité, comme de nombreuses municipalités de gauche élues en 1977, fut un laboraroire d’idées. La piétonisation du centre-ville, le développement de la démocratie locale, la réhabilitation de quartiers vétustes, l’aménagement de la manufacture des tabacs, la construction de la médiathèque, la création du nouveau stade de la Beaujoire, la réalisation du centre de loisirs du Petit Port et la mise en circulation de la première ligne de tramway sont autant d’exemples de la renaissance d’une ville. C’est en matière de transport que la nouvelle municipalité fit des choix majeurs qui connurent une ampleur nationale. Nantes avait un tramway jusque dans les années 50 mais la modernité voulait que la voiture individuelle se substitue à cet avatar du XIXe siècle. Alain Chénard eu le courage politique de remettre un réseau de tramways sur pied. Il le paya très cher puisque la droite municipale en fera un argument électoral et gagnera par démagogie en surfant sur une mobilisation inédite de l’école privée et de sa frange la plus réactionnaire. Dès le premier conseil municipal, la gauche nantaise prit la décision de la gratuité des transports pour les chômeurs dès le 1er mai. Elle marquait aussi une volonté sociale avancée.

Enfin, la gauche nantaise fit le choix de la culture avant que cela devienne une marque de fabrique de toute la ville. Avec la maison de la culture, des interventions importantes touchèrent un public plus large. C’était les débuts des arts de la rue. Le successeur direct d’Alain Chénard eu tout le loisir de détruire cette innovation culturelle. On sait que Jean-Marc Ayrault reprit le flambeau avec les équipes qui avaient fait leurs armes du temps de la municipalité Chénard.

Voilà, je voulais signifier par ce portrait d’un camarade la reconnaissance que l’on doit aux aînés. Il est celui qui a marqué mes premières années nantaises, qui m’a accueilli dans la section Ps Nantes-Ouest, qui a marqué durablement sa ville dans des années où le climat économique morose, celui de la reconversion industrielle qui éloignait un peu plus les chantiers navals de la ville, a su prendre l’initiative et rendre la vie un peu plus facile à ses contemporains tout en ouvrant quelques pistes sur l’avenir. C’est peut-être ce qu’un élu peut faire de mieux. Les Nantais le savent aujourd’hui et lui en sont reconnaissants. Il faut saluer son engagement en faveur de l’Europe car Alain Chenard avait cette conviction ancrée au coeur et il fut un brillant président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe. Il faut également remarquer la façon dont il sut transmettre le flambeau et s’effacer devant une génération plus jeune qui en marchant sur ses traces su magnifier son héritage politique et faire de Nantes une ville phare en matière de transports et de culture. C’est extrêmement rare pour aussi servir d’exemple.

Pour moi, Alain Chénard illustrait ce que les gens de droite disent avec condescendance des gens de gauche qu’ils sont des « généreux. » Alain a toujours eu une générosité communicative. Cette générosité qui semble parfois manquer aujourd’hui et qui est pourtant le témoignage de ce que nous avons de meilleur.

6 Réponses to “> Mon socialiste : Alain Chénard”

  1. kerzantrec Says:

    Je contresigne ton hommage à Alain Chénard (j’allais écrire ta motion…).

    Il a été, c’est vrai, un précurseur… à qui les nantais ont rendu justice, en 1989, ses grands projets -et notamment le tramway !- sortis de terre, en « taclant » la droite et en élisant dès le premier tour l’équipe de Jean-Marc Ayrault. JMA qui a pu s’appuyer sur cette impulsion (je crois que tu as oublié le périph’ -qui nous a sauvé des « pénétrantes » prévues par le droite !-) pour réveiller immédiatement la « belle endormie »…

    Tu me permettras d’ajouter une petite pensée pour Yves Laurent…

    BR

    J'aime

  2. marnot Says:

    Merci pour cet hommage à Alain auquel je veux souscrire totalement. J’ai été son directeur de cabinet au début du mandat municipal et confirme le tempérament « généreux » du personnage, mais aussi son amitié et sa fidélité.
    Il a aussi créé l’agence d’Etudes Urbaines et aussi la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme dont il fut le premier Président.

    J'aime

  3. Hugues Says:

    L’oubli est réparé. Il y en a peut être d’autres…

    J'aime

  4. Patrick OUGIER Says:

    Je recherche l’adresse de Monsieur Alain CHANARD pour mon pére qui souhaiterait rentrer en contact avec lui. Ils se sont connus et cotoyés en Agérie.
    Merci de bien vouloir me contacter.

    J'aime

  5. MARION Catherine Says:

    Bonjour,

    je cherche – à l’occasion des 30 ans du GART- à joindre Alain Chènard « le père de la réintroduction du tram en France » …

    MERCI de votre aide !

    J'aime

  6. Hugues Says:

    Il est sur les pages blanches à la commune de Treillères en Loire-Atlantique.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :