> 820 années de la République de Toulouse

8 janvier 2009

820 années de la République de Toulouse

Depuis que je suis Toulousain, je me préoccupe souvent des signes qui manifestent l’usage de l’occitan. J’avais particulièrement apprécié les affichettes dans le métro qui décryptaient les expressions populaires, scènes de la vie quotidiennes et citations littéraires en langue d’oc dans les rames de la ligne A. Avec la traduction des plaques de rue, la page en occitan dans les bulletins des différentes collectivités locales et la création de l’Ostal d’Occitania, je trouvais l’occitan bien loti à Toulouse si je compare à la place du breton à Nantes.

Attaché aux langues régionales, je sais combien elle sont un véritable vecteur d’ouverture au monde. Tout le contraire d’un rétrécissement de la pensée comme le redoutent -mais dans une rhétorique purement virtuelle- les hiérarques jacobins. D’autre part, j’ai découvert grâce à Jean Jaurès que l’occitan est une passerelle avec l’ensemble des locuteurs des langues latines. Ces derniers étant nombreux à vivre à Toulouse -Espagnols, Catalans, Portugais, Italiens, Roumains notamment- il est naturel qu’une place soit faite à la culture occitane.

Hier, comme chaque année, les Toulousains fêtaient, dans l’enceinte de l’église Saint-Pierre-des-Cuisines, le 820e anniversaire de l’octroi par le Comte Raymond V des libertés communales aux bourgeois de la ville. Je ne connaissais pas cette manifestation et avais eu écho de l’événement par la lecture de Dominique Baudis « Raimond le cathare » et par une plaque située au Capitole face à l’entrée de la salle des Illustres. Je m’étais d’ailleurs fait la réflexion qu’à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française l’ancien édile municipal avait voulu faire diversion en fêtant le 800e anniversaire les libertés toulousaines. Mais bon, il n’est pas innocent de vouloir signifier que l’Occitanie connaissait des havres de démocratie quand le nord du pays subissait l’arbitraire du féodalisme. C’est même une bonne idée de montrer combien l’histoire de notre pays est pluriel.

Plus d’information :
article de la Dépêche du Midi,
post du blog de Jacme Delmas,
site de l’Ostal d’Occitània.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :