> Intermittents du parlement ! (2)

28 avril 2009

Hémicycle

Les députés n’aiment pas qu’on les critique. 84% d’entre eux étaient absents lors du rejet de la loi renforçant le contrôle du piratage sur internet et l’on aurait tort de les en blâmer. Une ou deux centaines d’entre eux sont invisibles à l’Assemblée et l’on aurait tort de s’en offusquer. Ils reçoivent des indemnités qui leur permettent de vivre avec plus d’une dizaine de milliers d’euros par mois et exiger leur présence lors des votes en plénière serait abuser. Seule une ou deux centaines s’activent vraiment à l’Assemblée et l’on aurait tort de ne pas s’en contenter. Dans leur défense corporatiste, certains d’entre eux ne négligent aucun argument. Ils auraient trop de textes à voter et pas le temps de les lire tous. Admettons ! Mais alors qu’ils refusent l’embouteillage législatif. Ils ne sauraient où donner de la tête avec les réunions de groupe et les séances en commission. Admettons ! Mais alors qu’ils organisent correctement le travail parlementaire du lundi après-midi au jeudi soir, ce serait largement suffisant pour tout faire. D’autres poussent la plaidoirie plus loin encore. Le quotidien régional Var matin a publié dans son édition dominicale une enquête auprès des élus varois. Tous se défendent de façon fort peu convaincante et souvent édifiante. Un député, professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence déclare : « Si être présent dans l’hémicycle à dormir dans son coin et à lever la main quand on vous le demande, je ne vois pas bien l’intérêt. » Belle conception du vote de la loi. Tel autre : « On ne sait jamais quand notre présence sera vraiment indispensable. » Étonnante réduction du rôle de l’élu à l’intermittence. Ou encore : « Je ne prolonge mon séjour que lorsque les textes examinés concernent des domaines pour lesquels j’ai des compétences. Ce n’était pas le cas de la loi Hadopi. » Surprenante vision de la représentation politique nationale. Summum de l’autodéfense, on peut aussi lire la justification d’un honorable parlementaire pour lequel la capitale est trop éloignée de sa circonscription. Et pas les élus de la Nouvelle-Calédonie, de la Réunion ou de la Martinique. Non des élus métropolitains. Ainsi ce Toulonnais, qu’on ne nommera pas par indulgence, qui déclare dans Var matin : « Il faudrait peut être revoir ce système de la session unique. Monter toutes les semaines à Paris, c’est pénalisant pour les provinciaux. » (sic) L’avion Hyères-Paris met 1h20, le TGV Toulon-Paris 3h50 avec tout le confort pour y lire les projets de loi mais ce serait une tâche impossible. Ne croyez pas que l’autodéfense des intermittents du parlement ne soit le fait que de méridionaux fêtards ou cumulards. À la suite des critiques à l’encontre de l’absentéisme parlementaire, des élus savoyards ou bretons, enfin des élus de la nation aux responsabilités les plus imminentes, tel le président du groupe socialiste ou celui de l’Assemblée nationale elle-même, sont montés au créneau. On les a connu plus inspirés que dans l’assimilation qu’ils ont faite entre le critique de l’absentéisme et l’antiparlementarisme. Comme si les premiers responsables de la démagogie antiparlementaire n’étaient pas ceux qui la nourrissent de leur absence délétère.

Olivier Duhamel

NDLR : savoyard correspond bien évidemment à Bernard Accoyer mais je pense que breton convient moyennement à Jean-Marc Ayrault…

4 Réponses to “> Intermittents du parlement ! (2)”

  1. Pinocchio Says:

    Pierre Cohen se rend-il encore à l’Assemblée?

    J'aime

  2. cathy Says:

    Pinocchio, ton nez doit être bien gros pour faire preuve d’autant de démago!!!
    Mettre sur le tapis la présence ou l’absence des députés lors des votes à l’Assemblée Nationale, c’est faire preuve de courage politique et défendre l’objet de la démocratie républicaine : l’élaboration de la loi par les élus du peuple!
    Rabaisser le débat pour distribuer des bons ou mauvais points, c’est ne pas avoir beaucoup d’estime pour ce débat et faire preuve de populisme!!
    Bien à toi

    J'aime

  3. Bob Says:

    Autant les articles de Pino sur son blog ne me font plus du tout rire, autant je ne vois pas en quoi sa question ici serait démagogique !

    Il me semble que Pierre Cohen a suffisamment de travail comme maire et président du Grand Toulouse pour ne pas aller se disperser en assurant mal sa fonction de député !

    J'aime

  4. Pinocchio Says:

    Merci Bob.

    Je ne vois ce qu’il y a de démago à critiquer les politiques. Quand la presse locale est complètement partisane, il faut bien que quelques blogueurs se dévouent pour rétablir un peu la vérité. Cela ne peut qu’aider nos élus à progresser. Gauche ou droite, il nous prennent souvent pour des c…

    C’est sûr, on se me marrait plus quand il s’agissait de critiquer Moudenc. Avec Pierre Cohen, c’est plutôt triste et pathétique.

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :