> Le monde évolue de manière chaotique

29 décembre 2009

C’est à Washington, le 20 janvier, que l’année s’ouvre avec l’espoir suscité par l’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis. C’est à Copenhague qu’elle s’achève, le 19 décembre, dans la confusion et l’amertume qui suit le quasi-échec de la conférence sur le réchauffement climatique.

En janvier, l’Amérique paraît prendre un nouveau départ, dans un contexte particulièrement difficile marqué par la poursuite de deux guerres à l’extérieur (Afghanistan, Irak) et la crise économique et financière la plus grave depuis les années 1930. Mais l’arrivée de cette « nouvelle Amérique », ouverte au multilatéralisme, ne se traduit pas par des progrès significatifs de la « gouvernance mondiale ».

Un peu moins d’Amérique, un peu moins d’Europe, beaucoup plus d’Asie et, au-delà, de puissances émergentes comme le Brésil. Tout cela ne conduit pas à une multipolarité harmonieuse mais, au moins dans un premier temps, à une confusion sinon une paralysie du système international.

Entre des Occidentaux qui ne prennent pas encore pleinement conscience des transformations du monde et des puissances émergentes qui n’intègrent pas encore pleinement le fait que pouvoir et responsabilités vont de pair, les évolutions du monde restent chaotiques.

Nous semblons davantage capables de surmonter les crises financières et économiques du présent que les défis planétaires du futur. Egoïsmes nationaux à court terme et responsabilités collectives à moyen et long terme semblent bien difficiles à concilier.

C’est aussi à Copenhague qu’au début d’octobre, Rio de Janeiro a été choisie comme ville olympique pour 2016, écrasant d’autres villes comme Chicago, Madrid ou Tokyo. Un symbole des transformations du monde, avec la montée des nouvelles puissances.

L’entrée dans le futur s’est aussi accompagnée d’une évocation du passé. À Berlin, le 9 novembre, en l’absence remarquée de Barack Obama, d’émouvantes cérémonies ont marqué le vingtième anniversaire de la chute du Mur et les retrouvailles de l’Europe avec sa géographie et son histoire, dans la liberté.

Stimulée par la célébration du moment le plus heureux de son passé récent, confortée par la ratification du traité de Lisbonne, l’Europe allait-elle prendre elle aussi, après l’Amérique, un nouveau départ ?

En se dotant de personnalités au profil bas, choisies davantage en fonction de leurs limites que de leurs mérites pour devenir les premiers titulaires des fonctions créées par le nouveau traité, l’Europe n’a pas paru s’engager résolument vers l’avenir. Un peu comme si elle choisissait de « sortir de l’Histoire » au moment où elle dépassait enfin le débat institutionnel.

On ne peut terminer ce tour d’horizon sans parler de Kaboul et de Dubaï. La première ville incarne la fragilité des ambitions démocratiques de l’Occident. La « réélection » d’Hamid Karzaï, après un simulacre de processus électoral, augure mal des projets américains de stabilisation du pays et de la région. La deuxième ville, Dubaï, est devenue le symbole de « l’hubris (orgueil) capitaliste » d’un émirat qui aurait sans doute fait faillite sans le soutien de son voisin, mieux doté en pétrole et au comportement plus prudent, Abu Dhabi.

Espoir et peur, célébration du passé à Berlin et du présent à Washington, indignation à Kaboul et frustration à Copenhague : l’année 2009 aura été ambiguë. Le pire a été évité en matière financière et économique mais rien, absolument rien, n’est réglé dans un monde toujours plus interdépendant et fragile.

Dominique Moïsi
Conseiller spécial à l’Ifri
Publié dans Ouest-France du 29/12/09.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :